Actualités

Un nouveau rapport de la RFUK propose une meilleure inclusion des communautés forestières

mercredi 15 avril 2020

Les forêts tropicales du bassin du Congo font partie des grandes réserves de carbone et de biodiversité de la terre. Elles auraient été habitées par les êtres humains depuis 50 000 ans et, aujourd’hui, soutiennent directement l’existence de 50 millions de personnes qui figurent parmi les les plus pauvres de la planète. Alors que ces forêts subissent de plus en plus de pressions de la part notamment des industries extractives, les gouvernements de la région ont lancé une série de réformes visant à moderniser l’aménagement du territoire.

Un nouveau rapport de la RFUK « Cartographier l’avenir : vers une participation réelle des communautés forestières dans la planification de l’aménagement du territoire en RDC et au Cameroun » constate que toute planification de l’utilisation des terres qui ne tient pas correctement compte des communautés locales entraînera inévitablement des résultats mitigés sur les plans social, économique et environnemental. S’appuyant sur les expériences antérieures de planification de l’aménagement des terres dans le bassin du Congo ainsi que sur les meilleures pratiques ailleurs dans le monde, le rapport examine les obstacles et les possibilités d’inclusion des peuples forestiers dans ces processus. Parmi les conclusions du rapport figurent les constats que l’aménagement du territoire doit s’accompagner d’une cartographie et d’un renforcement des droits fonciers communautaires, de la construction d’institutions de planification au niveau local et de la mise en place de véritables processus multi-acteurs.

Joe Eisen, Directeur Exécutif de la RFUK, a déclaré : « Les terres traditionnelles des communautés du bassin du Congo sont depuis longtemps comprimées entre les concessions industrielles et les intérêts stricts en matière de conservation de la nature. L’aménagement du territoire a le potentiel de corriger cela et de tracer la voie d’un avenir durable et équitable pour les forêts de la région - si il se fait d’une manière qui inclut la population locale. Ce rapport fournit aux décideurs et aux praticiens des recommandations sur la façon dont ils peuvent le réaliser ».

Pour en savoir plus sur nos travaux d’aménagement participatif du territoire dans le bassin du Congo, cliquez ici.

Previous Next

Latest Tweets