Actualités

Un nouveau briefing sur les impacts à long terme de l'exploitation forestière en RDC

mercredi 5 mai 2021

Nous venons de publier une nouvelle note d'information sur les impacts à long terme de l'exploitation forestière sélective pour la gestion des forêts en République démocratique du Congo. Dans notre recherche sur le calcul de la perte de forêt dans 60 concessions forestières et huit zones «témoins», nous avons constaté que :

  • Il existe un lien clair entre la mise en place d’opérations d’exploitation forestière commerciale et une «cascade de déforestation» qui peut se produire jusqu’à 10 à 15 ans après l’ouverture de routes, qui  facilitent le développement de nouvelles zones d’habitation et l’utilisation des terres pour d'autres usages. Dans de tels cas, la petite agriculture peut ne pas être un «moteur» sous-jacent de la déforestation, mais une cause immédiate de celle-ci.
  • Une grande partie de ce qui a été décrit comme la déforestation est en fait un système de perte et de repousse des forêts résultant de pratiques agricoles en rotation qui font partie du «complexe rural».
  • Il y a un phénomène inexpliqué qui conduit à un pic de perte de couvert forestier en RDC tous les 5 ans environ. Une explication provisoire proposée est que la périodicité coïncide avec les effets climatiques régionaux du cycle d'El Nino.

Ces premiers résultats confirment une relation entre l'existence de concessions forestières et la déforestation ultérieure, et soulignent la nécessité d'évaluations plus détaillées et nuancées de la déforestation dans les concessions anciennes et actuelles ainsi que des moteurs émergents tels que le développement des infrastructures et l'expansion de l'agro-industrie. Déjà cependant, la déforestation globale supérieure à la moyenne qui se produit dans les concessions - dans certains cas plus de trois fois supérieure - devrait inciter à redoubler d’efforts pour élaborer des politiques plus adaptées visant à réduire les émissions de gaz à effets de serre dues à la déforestation et à la dégradation (REDD +) en RDC, ainsi que pour le maintien du moratoire national sur l'exploitation forestière. Les éléments de preuve indiquent qu’au lieu de la maxime optimiste injustifiable «utilisez-la ou perdez-la» appliquée à l’exploitation commerciale dans des forêts comme celles du Congo, le terme « utilisez-le et perdez-le » devrait être appliqué.

Cependant, malgré la tendance à la hausse de la déforestation dans les concessions, il y a des résultats encourageants issus de l'analyse des zones désormais désignées comme concessions forestières des communautés locales (CFCL). Dans ces zones, il a été constaté que le taux de déforestation était 23% inférieur à la moyenne nationale et 46% inférieur à celui des concessions forestières, offrant une réelle alternative aux pratiques actuelles et une piste à explorer en tant qu'option de politique générale.

Lisez le briefing complet ici.

Previous

Latest Tweets