Blog

Le combat contre Covid-19 dans le sud du Cameroun

mardi 20 octobre 2020

L'équipe d'APIFED équipée de savon, de seaux avec robinets, de gel désinfectant, de masques et d'affiches dans les langues locales Baka et Bulu pour les distribuer aux communautés.

La crise sanitaire de 2020 a forcé l'humanité à reconnaître une solidarité mondiale sans précédent, les peuples du monde entier étant confrontés à la même menace au même moment. Partout, on constate que les communautés les plus vulnérables sont aussi les plus exposées au COVID-19. Il en est ainsi au Cameroun, où les communautés autochtones n’ont pas été considérées une priorité à l’arrivée de cette pandémie malgré le fait qu’elles sont plus à risque. Heureusement, l'organisation Appui à l'Auto Pro-motion et Insertion des Femmes, des Jeunes et Désoeuvrés (APIFED), avec le soutien de la Rainforest Foundation UK, a mené une initiative visant à sensibiliser ces communautés aux dangers du COVID19 et à les aider à se protéger contre sa propagation.

Les communautés Baka dans la forêt.

Dans les zones entourant la Réserve de faune du Dja, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO dans le sud du Cameroun, APIFED a commencé à lutter contre la propagation du COVID19 parmi les communautés dès l’apparition des premiers cas au Cameroun en mars. Fuyant les mesures strictes de confinement et les taux élevés de COVID19, de nombreux habitants des villes ont migré vers les zones rurales, notamment dans le sud du Cameroun, pour rejoindre leurs familles et accéder à la mé-decine traditionnelle des guérisseurs autochtones. Toutefois, l'afflux de ces citadins pose un risque sérieux pour la santé des communautés autochtones de la zone. Lorsque des étrangers visitent un vil-lage, selon la tradition ils sont embrassés et restent dans le village où ils sont en contact étroit avec les membres de la communauté. Les villages situés autour de la réserve de faune du Dja ont ainsi fourni un terreau fertile pour le COVID19.

Lorsque la pandémie est arrivée au Cameroun, de nombreuses communautés pensaient que le virus ne touchait que les élites urbaines. Mais quand des habitants ont commencé à être testés positifs au CO-VID-19, les membres des communautés ont commencé à vivre dans la crainte d'attraper le virus, en particulier compte tenu du manque de services de santé dans la région. Les personnes qui tombaient malades ou dont le test était positif étaient fortement stigmatisées, permettant au virus de s'infiltrer de manière invisible.

En suivant des règles de sécurité strictes, APIFED a entrepris une série d'actions allant de la distribu-tion de gants et de masques à l'installation de stands de lavage de mains dans les zones vulnérables, en passant par l'affichage de dépliants sur les mesures de protection en langues locales de Baka et Bulu et, de manière générale, informer les communautés sur comment réduire la propagation du COVID19 tout en diminuant la stigmatisation associée au virus. Leurs efforts ont été largement couronnés de succès dans les 42 communautés visitées. Les gens ont commencé à porter des masques, à se laver davantage les mains, à éviter les étreintes rapprochées et à limiter les contacts directs lorsque les étran-gers arrivaient dans leur village.

Des personnes en train d'être testées par les services de santé locaux après que APIFED les ait persuadés de fournir des tests aux communautés forestières; Des femmes Baka attendant de se faire tester et portant des masques fournis par APIFED. 

Pour sensibiliser davantage, APIFED a diffusé des messages sur les radios communautaires à la télévision dans l’émission Cameroon Vision sur Canal2. Une chanson a même été produite par Injection Mutumbu, un célèbre musicien Baka et animateur de l'émission Horizon Baka diffusée sur la station de radio communautaire AKOAFEM. La chanson, intitulée Corona va-t-en exprime la nécessité de prendre COVID19 au sérieux et donne des conseils de base pour aider à réduire sa propagation. La chanson d'Injection Mutumbu, figure bien-aimée et très suivie des communautés Baka, été régulièrement diffusée sur les radios communautaires et a sans aucun doute été entendue par des milliers de personnes.

APIFED a également mobilisé l'administration locale pour étendre le programme de test aux commu-nautés forestières éloignées et a travaillé avec d'autres parties prenantes, notamment des organismes publics, des ONG, des entités religieuses, des groupes de femmes et des organisations communautaires pour diffuser le message.

Alors qu'un travail inspirant est effectué sur le terrain, il faut en faire plus pour aider les communautés à se protéger contre la menace persistante du COVID-19 et reconstruire les économies locales dévas-tées par le virus. Alors que les gouvernements du monde entier s'activent pour se préparer à une deu-xième vague, APIFED mène un combat similaire dans le sud du Cameroun. Pour en savoir plus sur le travail d’APIFED ou pour savoir comment les aider à faire face aux impacts du COVID19 dans les communautés Baka, veuillez contacter norahb@rainforestuk.org.

CORONA VIRUS WÔÔSSÔLÔ (traduction en Baka de STOP CORONA VIRUS)

Écoutez la chanson “Corona-va-on” de l'Injection Mutumbu ici.

Regardez l'émission de l'APIFED sur Cameroon Vision ici.

Ce travail a été rendu possible grâce aux généreux dons faits lors de notre appel COVID-19 et à la collecte de fonds SOS Rainforest Live du 21 juin.

Previous

Latest Tweets