RÉSUMÉ

Notre travail en République centrafricaine (RCA) vise à promouvoir des modèles viables de gestion communautaire des forêts, qui accordent une attention particulière aux droits des groupes marginalisés tels que les populations autochtones.

L’objectif général du projet est de contribuer au développement d’une foresterie communautaire durable et équitable, ainsi qu’à l’amélioration de la gouvernance et des moyens de subsistance des communautés forestières en RCA.

LE CONTEXTE

La République centrafricaine (RCA) dispose d’environ 22 millions d’hectares de forêts, parmi lesquels on compte environ cinq millions d’hectares de forêt tropicale dans le sud du pays. Dans le massif du Sud-Ouest de la République centrafricaine, l’intégralité de la forêt tropicale est actuellement attribuée à des concessions d’exploitation forestière, et/ou à des aires strictement protégées ; tandis que les droits coutumiers des populations locales sur leurs terres ancestrales, y compris ceux des peuples autochtones Bayaka, ne sont pas reconnus, ce qui conduit parfois à des déplacements forcés et autres violations des droits humains.

Des dispositions relatives aux forêts communautaires ont été intégrées dans le Code forestier de 2008. En décembre 2015, le chef de l'État de transition de la République centrafricaine a signé un décret autorisant la gestion communautaire des forêts. Les populations autochtones et les communautés locales sont désormais légalement en mesure de revendiquer collectivement la propriété des ressources forestières présentes sur leurs terres coutumières, ce qui représente un facteur clé pour la préservation de leurs moyens de subsistance et pour concevoir leur propre modèle de développement.

NOS TRAVAUX

Avec l’aide du Département britannique pour le développement international (DfID), la Rainforest Foundation UK travaille dans le cadre du projet intitulé « CoNGOs », un consortium d’organisations internationales et d’Afrique centrale, à but non lucratif, dirigé par IIED. L’objectif de ce projet est de contribuer, par le développement d’une foresterie communautaire équitable et durable, à l’amélioration de la gouvernance et des moyens d’existence des communautés forestières dans le Bassin du Congo œuvrant en faveur d’une gestion durable et équitable des forêts dans le bassin du Congo.

Nous fournissons un appui multiforme aux  communautés locales, notamment afin qu’elles puissent mieux comprendre les lois en vigueur et soit en mesure de revendiquer leurs droits sur les terres et les ressources qu’elles occupent ou utilisent traditionnellement. Dans le but de garantir la durabilité du processus de foresterie communautaire au niveau national, nous renforçons également les capacités de l’administration forestière du pays, ainsi que celles de la société civile locale, afin qu’elles puissent jouer leur rôle de premier plan dans l’appui aux communautés souhaitant sécuriser leurs droits.

En collaboration avec une plateforme d’organisations de la société civile, la RFUK anime également un dialogue national pour développer des initiatives innovantes liées à la foresterie communautaire dans le sud-ouest de la RCA, dans un contexte difficile où les terres forestières ont été affectées à d’autres usages. Nous encourageons également la société civile à s’impliquer dans la réforme foncière, afin de garantir que les droits fonciers des populations autochtones et des communautés locales soient pleinement reconnus et respectés, conformément aux normes internationales telles que la Convention 169 de l’OIT relative aux « peuples indigènes et tribaux » (1989), ratifiée par la RCA en 2010.

Ce projet est mis en œuvre par des consultants centrafricains dirigés par Bienvenu Kemanda.

PUBLICATION VEDETTE



À PROPOS

La présente note vise à mettre en lumière les efforts entrepris au cours de ces dernières années en RCA, à présenter les opportunités et les défis actuels, ainsi qu’à inciter les autorités centrafricaines, la société civile et les acteurs internationaux à intensifier leurs efforts, non seulement pour une vision collective et à long terme de la foresterie communautaire, mais aussi pour son intégration à des processus de réformes politiques et légales plus larges.

LIRE LA PUBLICATION