Actualités

De nouvelles cartes montrent que le bassin du Congo est l'épicentre des menaces que l'expansion du pétrole et du gaz

jeudi 10 novembre 2022

RFUK et Earth InSight viennent de publier un nouveau rapport « Le Congo dans le Ligne de Mire » qui montre comment l'expansion du pétrole et du gaz dans le Bassin du Congo constitue une menace existentielle qui s'accélère rapidement pour le climat mondial et pour la deuxième plus grande forêt tropicale du monde, ainsi que pour les dizaines de millions de personnes qui y vivent.

Une cartographie et une analyse complètes des blocs de pétrole et de gaz en Afrique et dans le Bassin du Congo montrent que :

  • Malgré la nécessité de mettre fin à l'expansion du pétrole et du gaz dans le monde, la superficie des terres allouées à la production de pétrole et de gaz sur le continent africain devrait quadrupler.
  • Les blocs d'exploration pétrolière et gazière recouvrent 30% des forêts tropicales denses d'Afrique, dont 90% dans le bassin du Congo.
  • Dans le bassin du Congo, il reste plus de 180 millions d'hectares de forêts tropicales denses et plus de 35 % de ces forêts essentielles, soit 64 millions d'hectares (une superficie de près de deux fois la taille de l'Allemagne), chevauchent aujourd'hui des blocs pétroliers et gaziers existants ou prévus.
  • Plus de 150 groupes ethniques distincts ont élu domicile dans le bassin du Congo et plus de 35 millions de personnes, soit 20 % de la population des pays du bassin du Congo, se trouvent actuellement dans des blocs pétroliers et gaziers existants ou désignés.
  • Un examen attentif de l'exploitation pétrolière qui a déjà eu lieu en RDC et aussi au Nigeria révèle des impacts désastreux sur la santé, les moyens de subsistance et les droits de l'homme des communautés locales et constitue un avertissement pour le Bassin du Congo.
  • Il est encore temps pour les nations africaines et la communauté internationale de tracer une voie différente qui favorise le bien-être économique tout en protégeant les forêts essentielles et les communautés qui en dépendent. Les investissements clés comprennent l'exploitation du vaste potentiel du continent en matière d'énergies renouvelables et le renforcement du soutien direct aux communautés forestières et aux autres défenseurs des forêts en première ligne.

Les plans actuels d'exploitation du pétrole et du gaz dans les forêts de la RDC auraient des répercussions majeures sur les efforts mondiaux visant à limiter le réchauffement de la planète au seuil de 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels. Pourtant, les partenaires internationaux de la RDC n'ont jusqu'à présent pas réussi à faire face à la menace qui pèse sur ce puits de carbone vital. Il est encore temps pour les nations africaines et la communauté internationale de tracer une voie différente, mais des mesures significatives doivent être prises maintenant s'il y a un espoir de protéger les forêts essentielles et les communautés qui en dépendent.

"Nous ne devons pas laisser une expansion chaotique des combustibles fossiles dans le bassin du Congo mettre en danger nos précieuses forêts tropicales, les points chauds de la biodiversité tels que le parc national des Virunga, ainsi que les droits et les moyens de subsistance des communautés forestières qui ressentent déjà les effets du changement climatique. Grâce à son vaste potentiel en matière d'énergies renouvelables, la RDC peut ouvrir la voie à un avenir vert et prospère." - François BILOKO, Secrétaire Général du Réseau CREF, un réseau environnemental de premier plan en RDC.

 

Lisez le rapport ici en anglais, ou en français.

 

Previous

Latest Tweets